Photo by Nijwam Swargiary on Unsplash

PasseportSanté : la mésinformation par l’exemple

Introduction

Comment reconnaître si un article nous apporte de bonnes informations (basées sur des faits vérifiables et reproductibles) ou des mauvaises (basées sur des expériences personnelles, opinion, etc…) ?

Je trouve que cette question est très importante car l’afflux constant d’information nous oblige à être extrêmement critique sur nos sources. Il faut savoir identifier les mauvaises sources d’informations pour ne pas se faire son opinion à partir d’éléments peu fiables.

Malheureusement, savoir si un site est fiable ou si quelqu’un à la légitimité pour s’exprimer sur un sujet, n’est vraiment pas évident !

J’ai donc décidé de vous présenter l’exercice que je fais régulièrement lorsque je me retrouve confronté à une information que je trouve extraordinaire.
Pour l’exemple, nous allons utiliser un article de PasseportSanté qui a pour titre “Vaccins : comment les drainer ?

Qui est le messager ?

La première question à se poser est : qui me fourni une information ? Est-ce une agence sanitaire ? Des journalistes ? Le blog d’une maman ?

PasseportSanté se présente comme un site “d’information professionnelle sur internet” qui propose des articles “fiables, objectifs et indépendants sur la maladie”.
Ces articles peuvent proposer des “solutions issues de la médecine conventionnelle et des médecines non-conventionnelles”.

Il est également précisé que :

“Cette envie d’apporter la réponse la plus complète se retrouve jusque dans notre logo. Il représente un stéthoscope passant du bleu au vert, de la médecine conventionnelle aux solutions naturelles, enroulé autour d’un cœur matérialisant ce que nous vous souhaitons à tous : une bonne santé.”

Soyons honnête, cette présentation n’augure rien de bon !

Que PasseportSanté considère qu’il existe plusieurs médecines, une “conventionnelle” et plusieurs autres “aux solutions naturelles”, est problématique pour deux raisons.

La première : la médecine est la science qui étudie le fonctionnement du corp humain afin de préserver la santé par la prévention et le traitement des maladies.
Il n’y a donc qu’une seule médecine, et celle-ci est basée sur l’utilisation consciencieuse, explicite et judicieuse des meilleurs données disponibles.
Si une pratique a fait ses preuves (par de multiples essais contrôlés randomisés en double aveugle voir par méta-analyses), alors elle fait partie de la médecine. Sinon, c’est une pratique qui est présentée sous des apparences scientifiques mais qui n’en a pas la démarche, ni la reconnaissance. Bref : une pseudoscience.

La seconde raison : dire qu’une médecine est d’origine “naturelle” ne nous apprend en fait absolument rien sur son efficacité. (sophisme de l’appel à la nature).
Par exemple : dire que l’aspirine (acide acétylsalicylique) est “naturelle”, c’est à dire lorsqu’elle est extraite de l’écorce de saule, ne signifie pas qu’elle est plus efficace que sa version métabolisée en laboratoire. Seule la vérification par essais randomisées, en double aveugle, avec groupe de contrôle sous placebo, peut nous apporter des preuves.

Au vu de cette présentation, je peux donc conclure qu’il faudra être prudent avec les articles de PasseportSanté car il semble y avoir un flou entre la médecine et les pseudosciences.

Les experts de PasseportSanté

Pour rédiger ces articles, les “journalistes scientifiques” de PasseportSanté pourront faire appel à des “experts de la santé”.

Cette liste d’experts comprend :

  • une sexologue,
  • un chercheur en neuroscience
  • un dermatologue
  • un homéopathe
  • deux diététiciens
  • deux naturopathes
  • une pharmacienne spécialisée en phytothérapie et homéopathie
  • un chiropraticien
  • un ostéopathe
  • une aromatologue, relaxologue et réflexologue plantaire

Cette liste est révélateur de la ligne éditoriale de PasserportSanté. Elle confirme la volonté d’apporter un mélange de médecine (sexologie, neuroscience, dermatologie, diététique) et de pseudoscience (homéopathie, naturopathie, phytothérapie, chiropractie, ostéopathie, réflexologie).
Par contre on constate que les pseudosciences sont beaucoup plus représentées.

Une fois encore, la prudence est de mise.

Un site d’information ?

Le but de ce site est-il vraiment de m’informer ?
Je pense que c’est également une question à se poser lorsqu’on étudie la crédibilité d’une source d’information : en est-ce bien une, ou est-ce un prétexte pour autre chose ?

J’ai relevé des éléments que je trouve intéressants :

Un disclaimer de non-responsabilité sur toutes les pages

La présence d’un disclaimer n’est pas quelque chose d’étonnant. Ca ne signifie pas que les informations du site sont forcément fausses.

Par contre le fait que ce disclaimer se retrouve sur TOUTES les pages (en bas de page) me met en alerte car j’ai constaté que cette pratique était régulièrement pratiquée chez les sites d’informations peu fiables.

Quelques exemples :

Bref, lorsque le disclaimer se trouve sur toutes les pages, j’ai tendance à être encore plus méfiant.

Un site du groupe M6

En effet, il est également indiqué en bas de page que PasseportSanté fait parti du groupe M6.
Bien entendu, cette affiliation ne nous apprend absolument rien sur la véracité des informations proposées.
Se pose par contre une question : pourquoi M6 ferait un site d’informations médicales ?
Je pense que la réponse se trouve dans la quinzaine de publicités que l’on trouve sur chaque page du site PasseportSanté.
Ce site est, selon moi, de l’espace publicitaire déguisé.

Que conclure sur ce site ?

Absolument rien de ce que nous avons vue précédemment ne veut dire que les informations partagées dans les articles du site sont fausses.
Chacun de ces éléments, pris de manière unitaire, n’est pas une preuve que PasseportSanté n’est pas un site de confiance ou que les faits énoncés sont forcément faux.

Par contre je trouve que l’accumulation de tous ces éléments me poussent à rester très prudent quant à son contenu.
D’ailleurs, en temps normal, je préférerais trouver une autre source qui traite du même sujet.
Allons tout de même un peu plus loin dans l’analyse.

Je tiens à préciser que je ne vais pas faire un debunk des affirmations de l’article de PasseportSanté. Mon objectif ici est de savoir quel niveau de crédibilité je peux accorder à ce site et plus particulièrement à cet article.

Aucune source…

Avant même de lire le contenu d’un article je me pose une question : cet article cite t-il ses sources ?
Citer ses sources est important pour une raison : vous ne devez pas croire sur parole.

Par exemple, lorsque j’ai affirmé plus haut que Thierry Casasnovas considère que les jus de légumes peuvent faire repousser un membre amputé, je vous ai joint le lien vers la vidéo qui prouve qu’il l’a effectivement dit. Vous avez ainsi la possibilité de vérifier si j’ai bien rapporté ses propos et surtout s’ils ne sont pas sortis du contexte.

A l’inverse, si je vous dit que l’aluminium est neurotoxique sans vous donner la source (comme le fait PasseportSanté), rien ne vous permet de vérifier :

  • Si c’est un consensus ou le résultat d’une seule étude (ou pire, une opinion)
  • La viabilité et la fiabilité du protocole si l’information provient d’une étude.
  • Quel est la DJA (dose journalière admissible).
  • Dans quelle condition est-il toxique : par contact cutané, par ingestion, par injection…

Vous l’aurez compris, ne pas citer de source laisse la porte ouverte à toutes les interprétations. Et surtout je le répète : vous ne devez pas croire sur parole !

Hygiène Mentale, dans ses vidéos, répète souvent deux phrases qui illustrent très bien la nécessité de fournir des sources :

« Une affirmation extraordinaire mérite des preuves plus qu’ordinaires. »

« Ce qui est affirmé sans preuve, peut-être nié sans preuve. »

Si on suit ce dernier principe, et au vu de tous les éléments que nous avons énoncés depuis le début de cet article, notre niveau de prudence est très élevé. Bien entendu, chacun est libre d’estimer sa tolérance en matière de niveau de crédibilité. Pour ma part l’absence de source est rédhibitoire.

Il y a tout de même un dernier point à aborder.

Comment estimer la parole d’un expert ?

Cet article de PasseportSanté donne la parole au docteur Daniel Scimeca. Partant du postulat que « l’aluminium dans les vaccins est neurotoxique », il propose un traitement pour aider le corps à s’en débarrasser.

Mais comment savoir si je peux lui accorder de la crédibilité ?

Daniel Scimeca est un médecin homéopathe qui « partage son activité professionnelle entre ses travaux de recherche et d’enseignement, et son activité d’auteur d’articles et d’ouvrages médicaux. »

Une recherche de son nom sur Google Scholar (l’outil de recherche des publications) confirme que Daniel Scimeca a bien écrits des livres et surtout qu’il a participé à des études scientifiques.

La dernière, datant de 2013, a pour titre “Prise en charge des syndromes grippaux par les médecins généralistes homéopathes et allopathes en France pendant la saison grippale 2009-2010”.
Le but de cette étude est de comparer les traitements entre médecin, homéopathe ou non, dans le cas de syndromes grippaux.
Je ne vais pas en faire ici une analyse complète, ce n’est pas le but de cet article (mais ça fera peut-être l’objet d’un autre article car il y a pas mal de chose à en dire).

L’étude conclut que :

  • Les traitements homéopathiques sont régulièrement utilisés.
  • Les patients sont plus satisfaits avec les traitements homéopathiques.

Si je considère que Daniel Scimeca est en accord avec cette étude (et je n’ai trouvé aucune source qui me laissait penser que ce n’était pas le cas) je ne peux donc pas considérer qu’il est une source fiable pour deux raisons.
L’utilisation du sophisme de l’appel à la popularité pour justifier l’utilisation d’un traitement. (Ce qui n’est pas étonnant en soi vu que c’est l’argument principal des homéopathes). Que “3 Français sur 4 aient pris de l’homéopathie” ne nous renseigne absolument pas sur l’efficacité de l’homéopathie.

Mais surtout qu’on ne juge pas de l’efficacité d’un traitement médical par la satisfaction des patients ! Un médicament est efficace lorsqu’il a permi de réduire les symptômes voir de soigner une maladie.

Ces raisons me poussent donc à rester extrêmement prudent sur les affirmations de Daniel Scimeca.

Conclusion

Grâce aux vérifications que nous avons fait plus haut, nous savons maintenant que le site PasseportSanté :

  • aura tendance à mettre en avant les pseudo-sciences,
  • n’a pas pour vocation première d’informer mais de proposer du contenu pour mettre en avant du contenu publicitaire,
  • ne cite aucune source permettant de vérifier leurs contenus,
  • n’hésite pas à donner la parole à des personnes qui utilisent des sophismes et surtout qui justifient leur pratique médicale par la satisfaction des patients, non à son efficacité.

Pour toutes ces raisons je considère que PasseportSanté n’est pas une source d’information fiable.
Si je m’interroge sur la présence d’aluminium dans les vaccins, ce n’est certainement pas sur ce site que je dois me renseigner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *